© Photos : Florence Robillard - Réalisation site : Paul Duflot

Please reload

Posts Récents

Le Salon de Paris, la renaissance ?

January 2, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Johanne Schweitzer-Solymosi, le cheval dans la peau

May 7, 2018

Il est 13h un dimanche de février, l’heure d’aller voir les chevaux. Johanne, jolie lycéenne de 16 ans, prend sa valise avec toutes ses affaires d’équitation. Un passage par la boulangerie est obligatoire car un après-midi à s’occuper de ses équidés préférés, ça creuse ! Hop le taxi arrive et nous dépose à l’entrée du club. A peine arrivée, Johanne est appelée à la reconnaissance de son parcours. Aujourd’hui, elle participe à un CSO d’entraînement au centre équestre de Chaville.

De ses débuts à l’ACBB aux championnats de France

Johanne a commencé l’équitation en CM2. « Elle a débuté au club de Boulogne-Billancourt (ACBB) pendant 2 ans, à poney puis à cheval », précise Juanita sa maman également passionnée d’équitation. « J’ai dirigé un centre équestre en Corse il y a quelques années, je monte encore à cheval, sur une trotteuse de 16 ans, très à l’aise en balade, elle passe partout, un vrai bonheur ! ».

La compétition la titille et Johanne fait un essai au Centre équestre de Chaville. « Vincent (Boubet) le directeur du club était d’accord pour qu’elle sorte en concours et au championnat de France !» se souvient Juanita. En prenant part à ses premiers championnats à Lamotte-Beuvron en 2016 avec Tigrel, la jeune cavalière confirme les espoirs placés en elle. Lors des derniers « Opens », les choses ne se sont pas exactement déroulées comme prévu, preuve qu’en équitation rien n’est jamais acquis. «Johanne n’a pas eu sa jument habituelle, Tigrel mais Eclaire qu’elle a montée au pied levé. Cela ne s’est pas bien passé ». La leçon a été retenue et cette saison Vincent lui confie uniquement Vénus et Tigrel « ses » juments de compétition. Et les résultats ne se font pas attendre. « Elle a déjà obtenu 2 premiers quarts en club 2 et 3 quarts en club1, il faut 4 quarts et elle sera qualifiée pour Lamotte. Il faut aussi 12 épreuves terminées». Une réussite avec des juments au caractère bien trempé. «C’était difficile au début, maintenant Vénus et moi on se comprend ! Quant à Tigrel, si son premier tour est ok, alors elle se comportera bien, sinon... ». Ce dimanche, Johanne, aux petits soins pour ses juments, réalise 2 beaux tours, 1 barre avec Tigrel et 4 points avec Venus. Et de retour au box, les complices de Johanne sont chouchoutées, comme toujours.  

 

Guapo de Foli, future star des paddocks

La compétition en club c’est bien, concourir avec son propre cheval, c’est encore mieux. « J’ai acheté Guapo un cheval de race Selle Français pour ma fille. On l’éduque petit à petit, il apprend vite, il est aussi très joueur ! ». Guapo, né en 2016, a de qui tenir. Son grand-père n’est autre que Diamant de Semilly. Mais avant les débuts du couple Guapo Johanne, l’apprentissage de la cavalière haut-de-seinoise se poursuit. « J’échange beaucoup avec elle mais au club c’est Vincent qui l’entraîne». Apprentissage à cheval et à l’école. Actuellement en 1ère S, Johanne vise une Terminale S puis une prépa vétérinaire de 2 ans. Bonne continuation à elle.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Réseaux sociaux
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now